Démarche artistique

«Comme le coup de foudre amoureux pulvérise les clichés, l’inspiration réveille les sens et  la mémoire d’une autre dimension.» n.m.

Mon défi est de rendre le geste abstrait. Le débat est grand entre l’automatisme et la conscience de l’intention. Désirer un esprit libre et se faire violence à le libérer, n’y a-t-il pas contradiction?

L’inspiration prend racine aux vertiges de l’abandon vers le sommeil. Les idées sont regroupées, classées ou chassées. Tel un vagabond, en attente du repos. Recourant aux formes qui me sont familières, leur symbolique transcende l’oeuvre. Des traces d’écriture, de graffiti, appliqués à l’encre noire, font écho à l’entretien d’écrits que l’on s’adresse à soi. Et bien entendu, l’intention de rendre le coup de pinceau accidentel.

Par ma pratique j’explore l’intersection entre l’utilisation de formes figuratives dans une représentation abstraite du langage qui demeure silencieux et l’extravagance du corps qui  s’acharne à discourir. Pour moi la peinture dépasse l’expérience strictement visuelle.  Elle aspire à l’expérience globale et fait appel à tous les sens.  L’ouïe me pose plus sérieusement problème, car la peinture est en soi silencieuse. Mon expérience personnelle me pousse à vouloir faire du bruit en peinture, à défier les limites de la peinture par la peinture.  J’aspire, par la théâtralité de mon art, de rendre visible l’audible.  La solitude inquiétante du message non entendu me pousse à contrer l’isolement et à vaincre l’oppression par une vitalité authentique et sans concession.  L’art appelle la question et je poursuis vivement mon questionnement.